• Imprimer
Les actualités

La manufacture des Oeillets à Ivry-sur-Seine

La Manufacture des Œillets : des espaces variés dédiés à la création, à la diffusion et à la formation artistiques

 manufacturedesoeilletsMaquettes projet architectural ©rrcarchitectes

La manufacture des Œillets est un ensemble de bâtiments à l’architecture inspirée du modèle américain du Daylight Factory, aux formes claires et modernes évocatrices de l’école de Chicago et du Bauhaus. Fleuron de patrimoine industriel, elle est classée à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Elle abrite aujourd'hui diverses entités dédiées à la création, à la diffusion et à la formation artistiques :

-  l’Ecole Professionnelle Supérieure d’Arts graphiques et d’Architecture de la ville de Paris (EPSAA) au rez-de-chaussée et au 1er étage,

- le Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac au 3ème étage,

- le Théâtre des Quartiers d'Ivry - Centre Dramatique National du Val-de-Marne dans la grande halle rénovée en 2016.

La Manufacture des Œillets, l’un des premiers témoignages du fonctionnalisme en France

En 1836, Guillaume Bac fonde un atelier de fabrication de porte-plumes, de plumes et d’encriers à Paris. La famille Bac s’établit 20 ans plus tard à Ivry alors que l’usine de fabrication demeure à Paris. En 1890, le fils de Guillaume Bac, Charles Bac lance la construction de la manufacture d’Ivry (grande halle en briques et meulières avec une charpente métallique avec un pavillon du gardien). En 1895, 245 salariés travaillent dans l’usine.

En 1899, la Maison Bac fusionne avec la Compagnie française, société implantée à Boulogne-sur-mer et spécialisée dans la fabrication de plumes métalliques. La production des plumes et porte-plumes est alors transférée à Boulogne-sur-mer. Ne reste à Ivry que celle des œillets métalliques (anneaux destinés à consolider les trous percés dans les étoffes ou cuirs pour faire passer un cordage ou un lacet), production qui donnera au lieu le nom de « Manufacture Française d’œillets Métalliques ».

En 1905, la Manufacture des Œillets devient une filiale d’une multinationale américaine, United Shoe, qui fabrique des machines pour l’industrie de la chaussure. Les standards de production moderne vont inciter les nouveaux propriétaires à moderniser et agrandir l’usine d’Ivry. Un grand chantier est lancé en 1913, sous l’impulsion de l’ingénieur Paul Sée en charge du projet : création d’une tour surplombant la cour et des 6 premières travées du bâtiment « américain », sur le modèle du bâtiment de l’usine mère d’United Shoe à Beverly. L’architecture du bâtiment, au service de la production industrielle, constitue l’un des tous premiers témoignages du fonctionnalisme en France. Lumière du jour, volume et espace caractérisent cette architecture moderne.

United Shoe n’a pas seulement importé son modèle architectural mais également ses méthodes de management paternaliste (création d’œuvres sociales : jardins ouvriers, mutualité, retraites égales au salaire…). En 1923, United Shoe transfère les ateliers de production des œillets dans de nouveaux bâtiments à Ivry pour installer dans la manufacture, l’une de ses filiales spécialisée dans la fabrication de machines pour la tannerie, la Turner Tanning Machinery Company.

En août 1944, une façade latérale du bâtiment s’effondre sous les bombardements. En mai 1968, la Manufacture Française des Œillets métalliques et l’usine United sont occupées. Au cours des années suivantes et avec la montée des préoccupations environnementales, certaines productions jugées dangereuses sont stoppées.

Dans les années 80 et 90, la Manufacture poursuit sa diversification sous l’impulsion de sociétés telles que Black & Decker et produit notamment la célèbre cheville Molly qui permet de fixer des objets sur des parois creuses. En 1988, un collectif d’artistes installe des ateliers d’artistes dans les locaux situés au 31 rue Raspail et en 1989, un ancien architecte, Eric Danel acquiert la partie centrale (grande halle). Il y crée un lieu culturel pluridisciplinaire dont l’ouverture en 1995 est marquée par la reprise de la pièce de Bernard-Marie Koltès « Dans la solitude des champs de coton », mise en scène par Patrice Chéreau pour le Théâtre de l’Odéon. Jacques Doillon et Raymond Depardon travailleront également à la Manufacture des Œillets. La halle, le bâtiment américain et la maison de gardien sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1996.

La Manufacture des Œillets ferme ses portes en 2001. Le 1er étage du bâtiment américain accueille depuis cette date l’Ecole Professionnelle Supérieure d’arts Graphiques et d’Architecture de la Ville de Paris (EPSAA). En 2011, le Centre d’art contemporain d’Ivry y emménage. En 2009, la ville d’Ivry achète la Manufacture des Œillets pour y créer, dans la grande halle, le Centre Dramatiques National du Val-de-Marne où s’installe le Théâtre des Quartiers d’Ivry fin 2016.

 manufacturedesoeillets2Maquettes projet architectural ©rrcarchitectes

Le CREDAC, lieu de création artistique contemporaine 

Créé en 1987, le Centre d’art contemporain d’Ivry - le Crédac est un lieu d’expositions, de production et d’expérimentation dédié à la création artistique contemporaine. Ses missions sont d’accompagner artistes français et étrangers dans leurs projets et de permettre une rencontre sensible entre le public et les œuvres. Des événements ouverts à tous les publics sont organisés pour chaque exposition.

Tout au long de l’année, le Crédac accueille des expositions consacrées à un ou plusieurs artistes émergents ou confirmés, français ou étrangers, témoignant de la diversité des pratiques actuelles : peinture, photographie, vidéo, son, graphisme, sculpture, installation, performance…

Jusqu’en 2011, le Credac était installé dans les fondations du célèbre Centre Jeanne Hachette, construit par l’architecte Jean Renaudie au début des années 1970. Il était alors entièrement en sous-sol. En septembre 2011, le Centre d’art contemporain d’Ivry-le Crédac s’installe au 3ème étage du bâtiment « américain » de la Manufacture des Œillets. Les façades entièrement vitrées du bâtiment créent une continuité entre la ville et l’espace d’exposition.

Le Credac propose diverses activités : ateliers de création, de mûrissement et de production pour les artistes (100 m2); ateliers de pratiques artistiques, d’expérimentation et documentation en libre consultation pour les différents publics (85 m2); moments de discussion et de réflexion lors de workshops, de rencontres et de débats.

Le Théâtre des Quartiers d’Ivry – Centre Dramatique National du Val-de-Marne

Le Théâtre des Quartiers d'Ivry a été créé en 1972 par Antoine Vitez qui souhaitait "faire théâtre de tout" et que la création théâtrale investisse des lieux non théâtraux au sein des quartiers eux-mêmes. Il crée les Ateliers d'Ivry où se rencontrent professionnels du théâtre et amateurs dans une petite salle rue Ledru Rollin « Le Studio d’Ivry ». En 1980, le théâtre s'installe dans un ancien grenier à sel réhabilité par la ville d'Ivry. En 1981, Antoine Vitez est nommé à Chaillot puis à la Comédie Française. A sa mort, le théâtre d'Ivry prend le nom de "Théâtre Antoine Vitez". 

De 1981 à 1984, Philippe Adrien, auteur, scénariste et metteur en scène dirige le Théâtre des Quartiers d'Ivry.

En 1985 Catherine Dasté, directrice de la compagnie "La pomme verte" et créatrice à Sartrouville du 1er Centre Dramatique National pour l'enfance et la jeunesse succède à Philippe Adrien. Pendant les 7 années de sa direction, à côté de ses créations théâtrales, Catherine Dasté impulse un important développement des Ateliers d'Ivry. A son départ, en 1992, l’École est composée de 5 ateliers pour adultes et 8 pour enfants et adolescents.

En 1992, Elisabeth Chailloux et Adel Hakim succèdent à Catherine Dasté aux Ateliers d'Ivry et au Théâtre des Quartiers d'Ivry dont le statut est alors celui d'une compagnie implantée dans la ville d'Ivry. En 2003, le Théâtre des Quartiers d'Ivry devient "Centre Dramatique National en préfiguration pour Ivry et le Val-de-Marne".

Depuis 2001, sous l'impulsion d'Adel Hakim, le Théâtre des Quartiers d'Ivry s'ouvre sur le monde en réunissant artistes français et artistes venus d'ailleurs et en favorisant la rencontre entre les professionnels, les publics, les habitants des quartiers du monde et des quartiers d'Ivry. C'est "Le Théâtre des Quartiers du Monde".

Pendant toutes ces années, l'activité théâtrale du Théâtre des Quartiers d'Ivry se déroule dans trois lieux :

- le Théâtre d'Ivry Antoine Vitez (salle de 240 places)

- le Studio Casanova

- L'auditorium Antonin Artaud à la Médiathèque d'Ivry.

Fin 2016, le "Théâtre des Quartiers d'Ivry – Centre Dramatique National  du Val-de-Marne" intègre la Manufacture des Œillets rénovée. C'est un pôle fort de création théâtrale et d'action culturelle. Il regroupe les activités de création et de production, de formation professionnelle et amateur (l’Atelier Théâtral), d'ouverture sur le monde (Théâtre des Quartiers du Monde). Le Théâtre des Quartiers d'Ivry – Centre Dramatique National du Val-de-Marne occupe plusieurs espaces au sein de la Manufacture des Œillets :

- La Fabrique (salle de spectacle de 400 places),

- Le Lanterneau (salle de spectacle d’une centaine de places),

- L’Atelier (salle dédiée à l’Atelier théâtral),

- La Halle (espace doté d’un bar et d’une librairie où ont lieu des rencontres, débats, cafés philosophiques et littéraires).

 manufacturedesoeillets facadeMaquettes projet architectural ©rrcarchitectes

Haut de page